Cocktail

Pas de commentaire

24 mars 2014 at 14 h 40 minCategory:Films

On sent que » Cocktail » se veut un festival Tom Cruise… Sourire sexy et carnassier, regard facétieux, silhouette harmonieusement musclée. Cruise continue son ascension en flèche, après « Risky business », « Top gun » ou « la couleur de l’argent » et avant» Rai man » et « Jours de tonnerre ». Le jeune héros de ‘Cocktail «est persuadé que le monde n’attend que lui. Toujours un manuel sur l’art de réussir dans la poche, mais sans diplôme, il part à la conquête de Wall Street et se retrouve petit barman !

Bryan BrownC’est là qu’intervient le comédien australien Bryan Brown, la vedette de « F/X » ou le partenaire de Sigourney Weaver dans » Gorilles dans la brume ». Brown compose un personnage de vieux barman roublard et cynique, qui prend Croise sous son aile protectrice et lui apprend l’art de préparer les cocktails les plus exotiques, la manière de blaguer et de mettre dans sa poche le client, le talent de faire craquer les jolies consommatrices. Doug et Brian ont une manière unique de jongler avec les bouteilles, de chanter et de danser en servant leurs boissons. Leur bar devient vite un must à New York. Jusque-là, le film est très tonique et ne manque pas de,, charme. Mais, hélas, les deux copains se fâchent et Cruise part de son côté jouer les romantiques et les sentimentaux, amoureux transi d’une pauvre petite fille riche. Et là, le film s’enlise interminablement. C’est dommage !

Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?

Pas de commentaire

12 mars 2014 at 14 h 39 minCategory:Films

Y a-t-il un flic pour sauver la reineLe lieutenant Drebin, la honte de la police de Los Angeles, passe ses vacances à Beyrouth lorsque son collègue et ami Nord-berg est criblé de balles par des trafiquants de drogue. Il rentre aussitôt pour venger son ami, mettre hors d’état de nuire le chef du gang (Ricardo Montai -ban), mais celui-ci lui tend un piège, sous la forme d’une superbe blonde (Priscilla Presley(. Mais voilà que Drebin est chargé de superviser les services de sécurité lors de la visite prochaine de… la reine d’Angleterre ! Fou, tel est le monde de ZAZ (Zucker, Abrahams et Zucker).
Trio venu des shows TV les plus hilarants des USA. Après « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? », puis «Y a-t-il (encore) un pilote dans l’avion ? », ils récidivent dans l’esprit trépidant qui fut celui des Marx Brothers. Interprété par Leslie Nielsen (le commandant de l’expédition dans « Planète interdite »), leur lieutenant Drebin est un équivalent yankee de l’inspecteur Clouseau : incompétent, il connaîtra son heure de gloire lors du match de base-ball qui est le clou du film : à la place du ténor prévu, il doit chanter l’hymne américain devant le stade comble. Désopilant-dément.

En savoir plus sur le Betacam

Pas de commentaire

10 mars 2014 at 17 h 30 minCategory:Divers

Le Betacam est un format d’enregistrement vidéo professionnel sur bande magnétique d’une largeur de ½ pouces. Mis au point par Sony dans les années 80, le Betacam fut proposé en deux tailles différentes, à savoir le L et le S. Si la plupart des magnétoscopes de l’époque pouvaient lire les deux formats, les caméras fonctionnant sous Betacam ne pouvaient accueillir que des cassettes de type S. Pour permettre aux utilisateurs de les reconnaitre facilement, Sony diversifia la couleur de chacune des cassettes, ce qui les rendit plus attractifs.

Le Betacam SP

camescope betacam spSi le Betacam fut le format originel, Sony proposa dès 1987 la Betacam SP qui dépasse la Betacam sur certaines de ses capacités. En effet, le Betacam originel proposait une définition de 300 lignes tandis que le Betacam SP en proposait 400 à 700 lignes. Cette nouvelle version était également plus optimisée tant au niveau de la fiabilité qu’au niveau de la qualité sonore, ce qui lui valut de devenir le format standard pour toutes les chaînes de télévision jusqu’à la fin des années 1990. Sachez cependant qu’il faudra certainement passer par un professionnel de la vidéo pour numériser des cassettes de ce type de format.

Le Betacam numérique

En 1993, Sony propose le Betacam numérique qui vient succéder au Betacam SP. Cette nouvelle version suit les avancées technologiques en matière de traitement de données numérique et propose de profiter de meilleures performances par rapport à son ainé. Le Betacam numérique présente des rendus d’images plus belles avec une vitesse de lecture ajustée. Il dispose également d’un système automatique de nettoyage au niveau des têtes fixes et rotatives, mais aussi sur la bande, ce qui réduit les encrassements par la poussière et autre saleté.

Le Betacam SX

Betacam SXDévoilé en 1996, le Betacam SX est un format vidéo numérique sur une bande magnétique de 1/2 pouce. Certes, ses capacités se rapprochent du Betacam numérique, mais là où il tire son épingle du jeu, c’est au niveau de son prix. En effet, avec des spécificités nettement plus avancées, il affiche un bon rapport qualité-prix. Le Betacam SX traite quatre pistes audio 48 kHz/16 bits et les durées d’enregistrement sont deux fois plus élevées qu’avec les cassettes Betacam d’origine. C’est également le premier format numérique de son époque qui exploite la redondance temporelle entre les images, par groupes de deux, ce qui a eu pour effet d’améliorer la qualité de compression.

Conversion des cassettes en DVD

À l’heure où tout passe par le numérique il est bien loin l’époque où les cassettes étaient encore utilisés pour le stockage de souvenirs tant dans le secteur professionnel que privé. L’arrivée des DVD a bouleversé bien des pratiques. De plus, avec des capacités de stockage élevé et une vitesse de lecture et d’enregistrement rapide et de haute qualité, elles n’ont eu aucun mal à s’imposer comme étant la référence dans le domaine. En choisissant de confier la numérisation des cassettes à des professionnels, l’on peut faire revivre des souvenirs longtemps laissés au placard, car ils ne pouvaient être lus par les lecteurs et les ordinateurs. La conversion se fait rapidement et avec des logiciels dédiés, ce qui fait que la perte de qualité tant au niveau de l’image qu’au niveau du son sera faible, voire inexistante.