La stère-eause mouille

Pas de commentaire

18 juillet 2014 at 8 h 18 minCategory:Divers

Pour prendre son bain avec Daniel Balavoine ou David Bowie, branchez votre Soundwave, un radio K7 étanche qui flotte sans problème dans votre baignoire. Disponible avec ou sans radio, ce walkman aquatique est vendu environ 1.500 francs chez Dune’sau Drugstore Publicis et chez tous les revendeurs hifi-stéréo. Signalons qu’une grosse lampe est située sous l’appareil qui transformera votre baignoire en vraie piscine de star.

Badges Vestron

Vestron Vidéo international offre des badges aux jeunes clients de vidéoclubs pour toute location du film «Benji», un programme qui a déjà conquis de nombreux enfants. Ces derniers doivent demander à leur vidéoclub comment obtenir ces badges, petits cadeaux très appréciés en cette période de fête.

Oiran, la perversion orientale

Le cinéma japonais se situe toujours en dehors’ des normes et surtout en dehors des modes. Des metteurs en scène comme Kurosawa ou Oshima se sont fait une place de choix parmi les plus grands metteurs en scène de la planète. Tetsuji Takedi fait désormais partie de ce gotha. Avec «Oiran l’empire du vice» (Films 44 et Antarès productions), il nous propose un film somptueusement érotique et pervers, ponctué de scènes pornographiques intenses. Au milieu de décors superbes, des geishas satisfont tous les fantasmes et les désirs sexuels de leurs clients. Un peu à part dans la production érotique et pornographique, «Oiran» est très esthétique et nous montre de belles femmes au charme tout oriental. A louer de toute urgence…

Stages de formation

Depuis quatre ans, l’APA (Atelier de pédagogie et d’animation) organise des stages de formation et de perfectionnement dans les domaines du cinéma, de la vidéo, du son, de la photo et de l’informatique. En 84/85, l’APA a assuré plus de 800 heures de stages. Toutes les personnes intéressées peuvent s’adresser à l’APA, 29, rue Vauban, 67000 Strasbourg. Tél. : 88.60.57.96.

La vidéo entre au Louvre

Pas de commentaire

15 juillet 2014 at 8 h 15 minCategory:Divers

LouvreLes antiquaires, amoureux du passé, savent aussi se mettre au goût du jour et développer une communication moderne la preuve, la réalisation d’un vidéo magazine sur des meubles anglais en chêne, du 17e et 18e siècle. Il est présenté au Louvre des antiquaires, par Flourens antiquités, depuis le 7 novembre 1985, à l’occasion du 7ème anniversaire de ce haut lieu des antiquités. Le programme vidéo, d’une durée de 10 minutes, comporte deux séquences particulièrement intéressantes : un reportage exclusif en Grande-Bretagne sur un manoir conservatoire des meubles anglais en chêne et l’interview d’un expert qui révèle comment reconnaître un meuble d’époque. La réalisation de ce premier vidéo-magazine sur les antiquités est signée de la nouvelle agence de communication Média Style international, à la demande de Flourens antiquités.

Stars d’aujourd’hui

Ce sont les stars d’aujourd’hui. Richard Berry, Bernard Giraudeau, Christophe Lambert, Thierry Lhermitte et Lambert Wilson sont les jeunes loups du cinéma français et même international pour certains d’entre eux. Ils font l’objet d’un très, bel ouvrage, dont nous avons déjà publié quelques extraits dans notre dernier numéro, écrit par Mara Villiers et Gilles Gressard qui collabore à GHm. Des dizaines de photos, des interviews exclusives, de nombreuses anecdotes, tels sont les arguments de «Stars d’aujourd’hui» édité par Ramsay et vendu 145 francs. Indispensable dans toutes les bonnes bibliothèques de cinéma.

Nomination chez GCR

Christian Paternot occupe depuis le 15 novembre la fonction de directeur général de GCR (Gaumont – Columbia. Films – RCA Vidéo). Il remplace Michel Schmidt appelé à d’autres fonctions chez Gaumont. Christian Paternot exerçait depuis août 83 la fonction de PDG de RCV.

Un décor singulier pour la chambre du bébé !

Pas de commentaire

29 juin 2014 at 20 h 38 minCategory:Divers

Je travaille depuis peu sur la réalisation du décor de la chambre de mon petit bout qui avance vers ses 6 ans. Comme c’est une petite fille, l’idée est créer un décor girly, avec du rose partout et des objets de décorations en blanc pour ne pas trop charger la pièce. Et pour rehausser l’ensemble, j’ai opté pour des stickers muraux, une bonne idée de déco à petit prix !

chambre de petite fille

Jouer sur le contraste de couleurs

Je me suis appliquée à peindre les murs latéraux en blanc et le reste en rose en prenant soin de peindre également en blanc son bureau et son lit. La disposition des meubles a été faite de manière à ce qu’elle profite d’une plus grande espace. Au beau milieu de la pièce, j’ai installé un beau tapis rose à l’effigie d’Hello Kitty qui vient compléter le décor et rappeler la touche rose. Comme son placard est encastré, j’ai choisi d’y appliquer quelques stickers en forme de cœur sur le battant de la porte et de même sur la porte d’entrée. Le bureau a été placé au-devant d’une fenêtre pour qu’elle puisse profiter des rayons de soleil lorsqu’elle fait ses devoirs tandis que le lit a été élégamment centré afin que les deux côtés puissent accueillir un guéridon.

Décorer les murs avec les stickers

Aux murs, j’ai disposé deux stickers, dont un sticker, fleurs placées sur le contour de la fenêtre et un autre au-dessus de son lit et reprenant les motifs d’une fée et de petits éléphanteaux enchantés. J’ai pris les stickers sur http://www.popstickers.fr/9-stickers-fleurs et j’en ai trouvé deux à moins de 70 €, ce qui est quand même une bonne affaire. Si vous souhaitez également refaire la déco d’une des pièces de votre maison, sachez qu’il y a un large choix de produits sur le site, mais assurez-vous tout simplement avant de l’achat au pan de mur qui va accueillir l’autocollant adhésif. En effet, il serait inesthétique d’appliquer un sticker qui sera au final caché par un gros commode imposant ou le côté d’une armoire. Pour ce qui est du choix des motifs à retenir, les motifs floraux seront parfaits pour le salon tandis que les motifs plus classiques seront à réserver pour les chambres. Enfin, il conviendra de rappeler que la couleur des stickers devra être choisie en raccord avec celle des murs et du déco de chaque pièce pour éviter les fausses notes.

Stan The Flasher

Pas de commentaire

10 juin 2014 at 14 h 48 minCategory:Divers

Claude BerriUn flasher, littéralement traduit du slang, l’argot new-yorkais, signifie exhibitionniste. Stan en est un, qui se balade tout nu sous son raincoat et montre ses attributs aux mignonnes lycéennes en mal d’initiation. Comme il doit vivre, il enseigne Shakespeare aux évaporées pré-pubères. Mais ses assiduités pour l’une d’elles, anodines au demeurant, vont lui valoir quelques démêlés avec la justice.
Claude Berri, le metteur en scène heureux d’« Uranus », interprète dans la douleur le rôle principal, avec d’affreuses pointes d’humour cynique, souvent misogyne et toujours désespéré. Gainsbourg, auteur-réalisateur, est en train de franchir un cap délicat et déroutant. S’il façonne Berri comme un miroir polarisant, fidèle à ses propres fantasmes, le beau Serge oublie parfois son sujet, touffu mais confus. Mais la magie de sa mise en scène et la beauté de la lumière, due à Olivier Gueneau, font pardonner les errances d’un film que beaucoup considèrent comme une erreur de parcours. Nous pensons qu’il s’agit d’une étape.

Good morning Vietnam ! (épic)

Pas de commentaire

26 mai 2014 at 9 h 46 minCategory:Films

Good morning Vietnam
Saigon, 1965. La guerre ne fait que commencer, l’US army apporte avec elle ses mœurs et ses méthodes : entre autres, une station de radio supposée maintenir le moral des troupes. Mais voilà, les GI boudent leur tristounette antenne. Alors, le haut commandement fait venir un spécialiste, un DJ déjanté complètement délirant : Adrian Cronauer (Robin Williams). Sitôt arrivé, il lance son fameux cri de guerre : « G0000d moorning Vietnam ! » et les blagues stupides succèdent aux improvisations insolentes. Tout le monde passe à la moulinette, l’indice d’écoute grimpe à toute allure, Adrian Cronauer s’attire de solides antipathies — surtout dans le bureau de la censure,, qu’il brave effrontément en diffusant de vraies nouvelles de la situation. Les démêlés d’Adrian et de ses supérieurs, en même temps que sa découverte du pays, fournissent l’essentiel de cette comédie sur fond de violence aveugle. Là où le bât blesse pour nous autres Français, osons le dire sans craindre de paraître snobs, c’est que l’humour « irrésistible, ravageur, délirant » de ce brave speaker n’est qu’une suite de jeux de mots incompréhensibles ou débiles et de références sans intérêt. Bref, il n’est pas vraiment drôle, le rigolo de service. C’est pas du Coluche.

En cas de malheur

En cas de malheurMaître Gobillot, tombé sous le charme d’Yvette, accepte de la défendre après qu’elle ait effectué un hold-up ayant mal tourné. Une fois le procès gagné, Yvette s’offre à l’avocat en guise de dédommagement. Gobillot, avec l’aval de sa femme qui préfère lui connaître une maîtresse plutôt que de le perdre, prend Yvette sous sa protection et connaît avec elle une idylle passionnée. Gabin-Bardot en amoureux clandestins, le tandem est à l’image des comédiens, fort et fragile. Lui : bourru, amant fou, prêt à tout laisser tomber pour découvrir l’amour tel qu’il ne l’a jamais vécu. Elle : puérile, naïve, crédule et malgré un petit copain qu’elle ne peut se résigner à quitter, envoûtée par le vieil homme. Claude Au-tant-Lara signe ici un chef-d’œuvre du cinéma français, un film à la beauté tragique, servi magnifiquement par une interprétation magistrale. Nostalgique et troublant.

Le petit prince

Pas de commentaire

12 mai 2014 at 8 h 45 minCategory:Films

Le petit prince Il y avait tout à attendre et tout à craindre de cette adaptation du livre d’Antoine de Saint-Exupéry. Etait-il possible de réaliser une œuvre fidèle à un tel ouvrage ?
Jean-Louis Guillermou s’est lancé dans cette aventure et a bien failli se briser les ailes. Son pilote d’avion perdu en .plein désert manque cruellement de crédibilité : les questions pertinentes du Petit Prince ne semblent pas l’étonner outre mesure et ses réponses ont l’allure d’une récitation mal apprise et peu convaincante. Le petit bonhomme tombé de son étoile est, quant à lui, plein de grâce et parvient tout de même à nous toucher. D’un point de vue technique, il est à regretter que la postsynchronisation soit approximative : on a l’impression d’avoir devant les yeux un mauvais doublage. Les enfants, eux, apprécieront ce conte voué à l’éternité.

Car wash

Pas de commentaire

22 avril 2014 at 14 h 43 minCategory:Films

Car wash Los Angeles, au petit matin. Les employés arrivent les uns après les autres. La plupart d’entre eux sont noirs. Et la station de lavage, le » Car wash «(en américain) s’anime. Tous travaillent ensemble : l’amateur de jeux radiophoniques, le maoïste fils du patron, la fille aux multiples perruques, le militant « Black Muslim », l’homosexuel, etc. La journée avance, avec ses gags involontaires, ses petites tragédies, ses petits heurts et ses grandes amitiés. Et puis, le soir, chacun rentre chez lui. « Car wash » est-il un documentaire réaliste sur le fonctionnement et la vie d’une station de lavage ? Point du tout ! Le film est plein de petites touches tendres ou drôles, voire même franchement burlesques (comme cet homme entièrement plâtré dans sa voiture). Mais, surtout, « Car wash » regorge de musiques et de rythme, de chansons et de mélodies pop. Le fait qu’il s’agisse d’une communauté presque entièrement noire (sauf le patron, son fils et les clients) fait de « Car wash» un film presque… culturel. Michael Schultz est noir. Mais cela ne l’empêche pas de présenter ses congénères comme des grands enfants naïfs, chaleureux, facétieux mais aussi violents. Ses armes, pour éviter les clichés, l’humour et le tempo rapide.

Certains l’aiment chaud

Certains l'aiment chaudDeux musiciens de jazz, Joe et Jerry, assistent par hasard à un règlement de comptes entre gangsters à Chicago. Mais, repérés, ils doivent quitter la ville en vitesse pour ne pas se faire descendre à leur tour. Ils parviennent à décrocher un engagement dans un orchestre de passage… composé exclusivement d’éléments féminins. Déguisés en femmes, Joe et Jerry, alias Joséphine et Daphné, se fondent dans le petit groupe et partent pour Miami. Mais il est bien difficile pour un homme de résister aux atouts de charmantes jeunes filles, surtout quand elles dorment dans la même couchette. Les deux acolytes vivent un vrai calvaire ! Inestimable bijou de la comédie burlesque, « Certains l’aiment chaud » séduit autant par son rythme soutenu que par la qualité des dialogues et le tonus de l’interprétation (Marilyn, Curtis, Lemmon, un trio infernal). Le scénario est truffé de gags et de quiproquos souvent hilarants, qui tiennent remarquablement le coup malgré leur grand âge. Un classique !

Courte-tête

Pas de commentaire

9 avril 2014 at 14 h 43 minCategory:Films

Courte-tête
L’escroc Olivier Parker (Fernand Gravey) engage un vendeur de tuyaux, Amédée (Jacques Duby) pour plumer un pigeon marchand de poulets, le provincial Galiveau (Jean Richard). Jockey sous le nom de Teddy Morton, Amédée va monter Reine du Cachemire, une jument qui n’a aucune chance et sur laquelle Galiveau, conseillé par Parker, doit risquer une fortune. Mais ce finaud de Galiveau, ayant changé d’avis à la dernière minute, a fait confiance à un outsider qui remporte brillamment la course. Respirez ici le parfum rétro des comédies bien de chez nous, garanti fifties. Son réalisateur, Norbert Carbonnaux, était loin d’être le pire parmi les faiseurs du genre. A voir aussi pour Louis de Funès dans le rôle d’un minable qui aide Fernand Gravey dans son entreprise. Un critique de l’époque vantait ce plan où, « la bouche’ amère après une nuit d’orgie, il s’éveille un matin dans un palace de la rive gauche, et râle une seconde, du fond de son cœur, contre le médiocre métier de pâle filou que lui a réservé le sort. » C’était qui, ce critique-là ? Je vous le donne en mille : Jean-Luc Godard dans Les Cahiers du Cinéma.

Qu’est-ce qu’un clearomiseur ?

Pas de commentaire

1 avril 2014 at 11 h 59 minCategory:High-tech

Afin d’alléger la nicotine prise par les fumeurs, il est désormais accessible de découvrir de la cigarette électronique. Ce dernier est connu depuis quelques années pour enfin mettre de côté les cigarettes voire même pour arrêter de fumer. Par définition général, l’e-cigarette est un dispositif électromécanique produisant une fumée artificielle. Il est constitué de divers éléments notamment : le réservoir, l’atomiseur, l’accumulateur et l’e liquide. Le clearomiseur est l’élément qui se localise dans l’atomiseur au même rang que le cartomiseur. Le clearomiseur permet de voir la quantité restante d’e-liquide vu qu’il est transparent.

Que faut-il savoir sur le clearomiseur ?

Le clearomiseur est également connu sous le vocable de cartomiseur sans bourre. C’est un réservoir dont la couleur est transparente et il peut contenir de l’e-liquide entre 0.5ml à 5ml. Le cartomiseur fonctionne à l’aide d’un système de mèche. Lorsque la mèche se trouve en haut, cela signifie que les vapeurs seront tièdes ou chaudes, en outre, si elle se trouve en bas, les vapeurs seront froides ou tièdes. Deux types de clearomiseur sont à dégager. D’un côté, il existe le clearomiseur démontable, comme son nom l’indique, il peut être démonté facilement. De l’autre côté, il y a le clearomiseur non démontable qui est intact.

Comment entretenir le clearomiseur ?

Le clearomiseur placé dans l’e cigarette a besoin d’être entretenu. Il est primordial de passer à cette action régulièrement afin que cet élément puis durer dans le temps et ne s’abîme pas facilement. Cependant, une fois que l’e-liquide qui se trouve dans le cartomiseur est terminé, il est nécessaire de passer à un petit nettoyage de celui-ci. L’entretien se fait avec de l’eau propre. Le nettoyage évite aussi le mélange de l’ancien arôme que vous avez choisi si pour le prochain chargement d’e-liquide, vous choisissez d’un autre arôme. Pour se faire, le démontage du clearomiseur est facile à faire. Il suffit de dévisser le cartomiseur et le drip tip. Après cette étape, placez le clearomiseur dans de l’eau pendant un moment.
Il faut noter que l’entretien d’un clearomiseur démontable et celui non démontable n’est pas le même. Dans le cas où le cartomiseur est non démontable, le contenant d’e-liquide doit être placé sous l’eau de nombreuses fois tout en agitant l’élément. S’il est démontable, il faut dévisser le tube du fond métal et après passer au nettoyage du cylindre et des mèches de la résistance. Une fois que le nettoyage finit, le clearomiseur doit être bien séché avant d’assembler le tout à l’état initial.

Quelle est la durée de vie d’un clearomiseur ?

En général, un clearomiseur peut être utilisé entre deux à trois semaines en fonction de son usage. Un clearomiseur peut contenir jusqu’à 15 e-liquides avant qu’il s’épuise. Pour savoir qu’il est temps de remplacer le clearomiseur, vous remarquerez au bout de 15 e-liquides le changement de saveur. Les clearomiseurs disponibles dans les boutiques d’e-cigarette à choisir sont les suivants : le clearomiseur à système interchangeable et le cartomiseur à système résistance fixe.

Cocktail

Pas de commentaire

24 mars 2014 at 14 h 40 minCategory:Films

On sent que » Cocktail » se veut un festival Tom Cruise… Sourire sexy et carnassier, regard facétieux, silhouette harmonieusement musclée. Cruise continue son ascension en flèche, après « Risky business », « Top gun » ou « la couleur de l’argent » et avant» Rai man » et « Jours de tonnerre ». Le jeune héros de ‘Cocktail «est persuadé que le monde n’attend que lui. Toujours un manuel sur l’art de réussir dans la poche, mais sans diplôme, il part à la conquête de Wall Street et se retrouve petit barman !

Bryan BrownC’est là qu’intervient le comédien australien Bryan Brown, la vedette de « F/X » ou le partenaire de Sigourney Weaver dans » Gorilles dans la brume ». Brown compose un personnage de vieux barman roublard et cynique, qui prend Croise sous son aile protectrice et lui apprend l’art de préparer les cocktails les plus exotiques, la manière de blaguer et de mettre dans sa poche le client, le talent de faire craquer les jolies consommatrices. Doug et Brian ont une manière unique de jongler avec les bouteilles, de chanter et de danser en servant leurs boissons. Leur bar devient vite un must à New York. Jusque-là, le film est très tonique et ne manque pas de,, charme. Mais, hélas, les deux copains se fâchent et Cruise part de son côté jouer les romantiques et les sentimentaux, amoureux transi d’une pauvre petite fille riche. Et là, le film s’enlise interminablement. C’est dommage !